Index du Forum » » Pour parler de tout

Auteur

L'AFPA ferme des formations froid ?!
dmarco
5927  
     
 Modérateur

  Posté : 13-04-2018 07:12

Bonsoir à tous,

Pour avoir fréquenté, à divers périodes, différents centres de formation AFPA, et après moult personnelles recherches et réflexions personnelles, j'en suis arrivé à penser que les problèmes de l'AFPA sont à la fois structurels et de volonté des têtes pensantes de haut niveau.

Pour comprendre, il faut revenir aux bases et se remettre dans le contexte historique: La création de l'AFPA, en 1946.
1946, on est juste à la sortie de la guerre, la France est en ruine, il faut reconstruire énormément de choses ( et mettre à jour celles qui ont été peu impactées par les évènements destructeurs, et à ce moment là la technologie du froid en était à ses balbutiements.

Le matériel est basique, aucune régulation électronique, la technologie du Co2 ( bien que déjà existante ) est mise en sommeil par le lobbying des hydrocarbures plus juteux financièrement pour ce qui va devenir les distributeurs mondiaux de pétroles en tous genres ), et surtout ... on va rentrer dans " les 30 glorieuses "!
Les 30 glorieuses, période d'après guerre où il y a tout à faire, la France manque de tout et surtout de bras ( logique, puisque la population est décimée par les pertes humaines qui ne sont pas revenues du front ).

Il faut donc former un maximum de gens à une technologie simpliste ( à l'époque ), et l'AFPA est prise en main par l'Etat ... et remplit son rôle avec les moyens qui lui sont attribués. C'est le plein emploi, et cette position va perdurer sans grands changements jusqu'au début des années 70 ....

Quel que soit le niveau de formation, le secteur du froid n'est qu'un maillon de la chaîne de l'emploi. A côté, il y a beaucoup d'autres secteurs qui, eux aussi, sont très demandeurs de main d'oeuvre, le btp, la construction, le transport et sa logistique, ect ect ... ont tous un point commun: un réel besoin de main d'oeuvre sur le terrain et d'un nombre plus limité de têtes pensantes, c'est l'éternel conbat des " cols bleus " et des " cols blancs ".

Les choix induits font que les cols bleus seront principalement formés par l'AFPA, et les cols blancs seront ( plutôt ) réservés au Greta.

Pendant ce temps, on ne se pose pas trop de questions, pourquoi changerait-on un secteur qui remplit ses objectifs? Quasiment rien ne change, l'AFPA sert ( même ) de " placard " de luxe pour les fonctionnaires de haut rang en discrédit. Les gouvernements changent et les mauvaises habitudes perdurent .... pendant que le Greta, de son côté, se modernise peu à peu au rythme des réformes de l'Education Nationale.

A partir du milieu des années 70, la donne change ... les 30 glorieuses se terminent, premier choc pétrolier ( 1974 ), l'industrie ralentit, l'Etat fait le choix de revoir ses modèles de financement sur ses modèles de financiarisation qui oppose la formation professionnelle de l'AFPA ( qui dépend du ministère du travail ) ... et celles du Greta ( qui dépend du ministère de l'Education Nationale ).

Début des années 80, avec le ralentissement des grands travaux, la fin du plein emploi pointe son nez. Les grands chantiers de construction d'autoroute ralentissent, voir se raréfient, une fois celle-ci construite ... ca ne demande plus que de l'entretien, plus besoin d'autant de main d'oeuvre.
Et tous les secteurs se retrouvent à débaucher, Pole Emploi prend de l'essor non seulement pour les salariés subitement privés d'emploi ... mais aussi par les jeunes sortant des écoles qui arrivent dans un mauvais contexte.

Le plan Marshal n'est plus qu'un lointain souvenir! Petit à petit, les réserves financières de l'Etat s'amenuisent. Les tours de vis se feront à tous les étages, le financement d'un avenir tracé a vite fait de se faire attendre, on s'en tiendra officiellement aux éléments essentiels ( ce qui n'empêchera pas les dérives, à coups de millions, rendus célèbres car montrés au public par des émissions telles que Combien Ca Coûte, les plus anciens d'entre-vous doivent s'en souvenir ). Décidément, le changement de mentalité a toujours un certain temps de retard.
Au fil des saisons de cette émission le gaspillage d'argent public devenait si monstrueux que cela en devenait dérangeant politiquement, l'émission a donc disparu des écrans. Il ne fallait pas affoler le petit contribuable à qui on montrait, en prime time ( aux heures de grande écoute télévisuelle ), que finalement ... ses impôts partaient en fumée pour rien.

Décénnie des années 90. Les ressources financières sont à sec ... mais l'Etat a toujours besoin d'argent. Une élection présidentielle va changer la donne: La dette publique est ouverte aux capitaux étrangers avec la garantie de l'Etat.
Dette publique qui ne fera que s'accumuler pour en arriver aux 2500 milliards d'euros ( j'arrondis, à ce stade on ne va pas chicaner à quelques euros près ).

Mais cette dette, pour la rembourser, il faut trouver des sous! Pôle Emploi bat des records d'enregistrements, le plein emploi est fini depuis un bout de temps ( les cotisations ne rentrent plus comme avant ), ies impôts en tous genres exploseront donc. Il n'y a que l'embarras du choix aussi divers que variés, de la hausse des prélèvements on arrive vite à la création de toute sorte de nouveaux prélèvements, mais aussi ce qui peut s'apparenter à un racket ( du genre par exemple les radars sur les routes, qui à eux seuls rapportent plusieurs dizaine de millions par mois ).
Mais ce n'est toujours pas assez.... et la pression s'accentue...

De réduction en réduction, les recentrages budgetaires des gouvernements successifs, d'années en années, les sommes attribuées à la formation professionnelle se raréfient jusqu'à en être insuffisantes pour financer à la fois les mises à niveau des centres devenus vétustes ... et les formations en elles-même!

Dans un ultime espoir pour combler ce déficit, les centres ont tendance à baisser le niveau des recrutements ( aussi bien chez les stagiaires que chez les formateurs ), ils prennent ( quasiment ) n'importe qui .... mais en gardant un oeil attentif à la source de financement de leur formation.
Recette simple mais qui a l'immense avantage de ... limiter les pertes. Ce sera donc " portes ouvertes " aux stagiaires qui paient eux-même leur formation, welcome aussi aux " Fongécifs " ( la caisse des Fongécifs paiera un prix négocié à l'avance ), ensuite ce sera les places réservées pour les demandeurs d'emploi, les places restantes seront financées par le département dont dépend le centre de formation. Car il ne faut pas oublier qu'une personne " envoyée " en formation change de catégorie ( pour les deux dernières catégories, " envoyés par Pôle Emploi " et " financés par le département ", pendant le temps de leur formation .... ne sont pas comptabilisés dans les statistiques des demandeurs d'emploi.
C'est vicieux, mais c'est comme ca que ca se passe!

Tous les gouvernements rêvent d'annoncer une baisse durable des demandeurs d'emploi. Envoyer un maximum de gens en formation est une technique pour y arriver!
Et celà ... peu importe la qualité de la formation choisie, et d'où aussi la volonté de faire des formations de plus en plus courtes, le principe reste le même .... il faut faire du chiffre, on " favorisera " donc les formations plus courtes au dépend des formations plus longues.

Pour ne pas ( encore plus ) rallonger ce constat, j'ai volontairement écarté le jeu de chaises musicales qui consiste à régulièrement changer les personnes responsables au rythme des divers plans de sauvetage de ce secteur .... ainsi que des différents changements de dénomination de l'AFPA ( qui était l'Association pour la formation professionnelle des adultes ), devenue aujourd'hui l'Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes un EPIC ( Établissement public à caractère industriel et commercial ) comme va bientôt le devenir la future SNCF. Au moins, le principe est clair, il faut faire du chiffre à tous niveaux!

Question subsidiaire:
Avec tout celà, des pronostics pour savoir où en seront ces mutations dans 10 ans?

A vos crayons, vous avez 4 heures




Cet article provient de Le site des frigoristes

http://www.frigoristes.fr/viewtopic.php?topic=11780&forum=133